text.skipToContent text.skipToNavigation
background-image

Les Traqueurs von Bombrun, Antoine (eBook)

  • Erscheinungsdatum: 08.07.2016
  • Verlag: Books on Demand
eBook (ePUB)
3,99 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

Les Traqueurs

Trois bannis jetés dans une quête impossible, où vengeance et salut s'entremêlent. Les yeux blancs, l'âme noire. Un nécromancien, dont la folie n'a d'égal que la puissance. Vole, vole, vole et virevolte ; ma mémoire tangue comme une barque sur les flots ! Antoine Bombrun est un jeune auteur membre de l'Attelage, un regroupement de jeunes auteurs indépendants, versés dans la science-fiction et la fantasy (à découvrir sur www.attelage.net).

Produktinformationen

    Format: ePUB
    Kopierschutz: watermark
    Seitenzahl: 256
    Erscheinungsdatum: 08.07.2016
    Sprache: Französisch
    ISBN: 9782810626915
    Verlag: Books on Demand
    Größe: 724kBytes
Weiterlesen weniger lesen

Les Traqueurs

Chapitre 3

Le borgne balança une branchette sur les braises. Pendant qu'elle noircissait, ses joues creuses s'agitèrent un peu :

" Oui, je crois que je me souviens. Rhyunâr, l'épéiste. Il ne fallait pas le faire chier, mais au fond c'était un bon gars. Et le vieux, Thief, malgré son côté bougon il prenait soin de nous... Tu sais comment je les ai rencontrés ? "

Seul le vent lui répondit. Derrière, le squelettique cheval noir donna du sabot dans la rocaille : il avait faim !

Le borgne se leva en soupirant :

" Allez, en route mauvaise bête ! "

Ils marchèrent quelques minutes en silence, puis la voix reprit :

" Je n'ai pas de souvenirs de votre rencontre, bien que j'y ai assisté. Par contre, je peux te raconter ceci... "

Vous êtes assis autour d'un feu. Tous les trois. Le paysage est différent. La végétation n'est plus la même, la montagne aussi s'est déplacée. Vous l'avez traversée.

Le vieux Thief est pâle comme la mort, il transpire et respire lourdement. Sa tignasse grise lui colle sur le front, où elle ondule entre les rides. Rhyunâr prend sa dose, le visage dans la colonne de fumée. Toi, comme toujours, tu la fermes. Tu es loin d'être un drolatique, tu sais ?

Soudain, l'ancêtre se tourne vers toi. Il te regarde avec des yeux vitreux, puis demande :

" Pourquoi tu ne nous as jamais questionnés sur la manière dont on en est arrivé là, avec Rhyunâr ? "

Tu ne réponds pas. À sa place, je t'en aurais mis une ; au lieu de ça, il continue :

" Peu importe, je vais te raconter. Reste aussi peu causant que tu veux, ça m'est égal. Au moins, tu écoutes et moi ça me fait du bien de parler. "

Il saisit sa tasse en étain et boit une gorgée avant de commencer :

" Rhyunâr est né dans un dojo à Fineval. Son père était épéiste, un ancien champion. Leur maison était réputée et de grands maîtres d'armes venaient y croiser le fer. Cet établissement faisait la fierté et la richesse de notre village. Mais, un matin, alors que Rhyunâr n'avait qu'à peine quinze ans, le nécromancien sans nom s'est introduit chez lui. Il poursuivait un estimé chasseur de primes qui avait fait halte dans le dojo. Un certain Itham. Soit disant que ce dernier aurait juré d'avoir sa tête, mais se serait esquivé après une première rencontre. Le sorcier n'avait plus d'humain que le corps, que l'apparence extérieure de son corps, car tout son être était rongé par la puissance d'un seigneur Nïm. Il est entré dans la salle où s'entraînait le mercenaire et l'a défié du regard. Ce dernier a ordonné que l'on n'interfère pas. Il aboyait que c'était son combat. Les guerriers sont restés humblement en arrière pendant qu'une terrible bataille s'engageait. Un affrontement qui opposait le sabre à la magie. Le chasseur de prime virevoltait avec une agilité incroyable, il parait et frappait plus vite que le vent. Enfin, c'est ce qu'on m'en a dit.

" Cependant, alors que le mercenaire mettait toute son adresse à trancher les tentacules qui jaillissaient de la carcasse du nécromancien, ce dernier lui a posé une main décharnée sur le front. Rhyunâr m'a expliqué que c'est ce cri qui l'a fait accourir. Un hurlement qui ne possédait rien d'humain.

" La chair du visage du chasseur de primes s'est mise à tourner sur son crâne. Elle a déchiré les muscles, brisé les cartilages, arraché les ligaments. L'homme est tombé à terre. Il se tordait de douleur. Le nécromancien a penché son corps aux mouvements saccadés, inhumains, vers sa victime. Il a ouvert une bouche effroyable de par sa taille, où tous le

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen