text.skipToContent text.skipToNavigation
background-image

Peran le jeune von Dupré, Jean-François (eBook)

  • Erscheinungsdatum: 08.06.2016
  • Verlag: Books on Demand
eBook (ePUB)
6,99 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

Peran le jeune

Peran, jeune fils de fermier, se découvre à l'occasion d'une visite dans son village, une ambition singulière : devenir chevalier. Sans ignorer qu'au royaume de Vérika, les paysans ne deviennent pas chevaliers, Peran se lance alors dans une quête épique. Il va parcourir les vastes contrées de ce très étrange royaume et découvrira à la fois les intrigues du monde des puissants et les vertus qui feront de lui un homme. Dans ce premier roman d'Heroic Fantasy, Jean-françois Dupré propose une fresque d'aventure mêlant les références classiques du genre et le conte philosophique, avec toujours une pointe d'humour avec des personnages hauts en couleur.

Jean-François Dupré a avec la littérature, la passion des convertis. Ingénieur de formation, il a découvert les plaisirs d'écrire et de faire partager le goût des belles lettres à travers les accidents de la vie.

Produktinformationen

    Format: ePUB
    Kopierschutz: watermark
    Seitenzahl: 212
    Erscheinungsdatum: 08.06.2016
    Sprache: Französisch
    ISBN: 9782322079162
    Verlag: Books on Demand
    Größe: 2419kBytes
Weiterlesen weniger lesen

Peran le jeune

Vers Pagonie

Ainsi donc notre Peran, jeune adolescent du quatrième état, ne pouvait guère espérer devenir un jour chevalier. Un soir il interrogea sa mère : " Comment devient-on chevalier maman ? " La mère sourit comme sourient parfois les adultes devant l'apparente candeur des enfants. " Il faut avant tout être bien né et ensuite suivre un apprentissage long et difficile. "

Elle avait appris à connaitre son fils et comprit que derrière cette question pointait une envie féroce. Elle comprit aussi au moment où elle prononça sa phrase, combien elle pouvait être cruelle : " Il faut être bien né... " Mais n'était-ce pas aussi son rôle que d'apprendre à ses enfants les réalités de la vie ? La mère regarda Peran et vit sa mine interloquée. " Ne suis-je pas bien né moi aussi puisque je suis en vie ? demanda-t-il. La mère sourit devant ce délicieux mot d'enfant.

- Je veux dire par là qu'il faut être de famille noble et tu sais bien que ce n'est pas notre cas ", expliqua sa mère.

Peran avait compris depuis bien longtemps qu'il n'était pas noble, mais ces distinctions lui avaient paru si abstraites jusqu'ici qu'il ne s'en était jamais ni soucié ni intéressé. Pour la première fois il comprenait leur importance, car il en subissait brutalement les effets.

Les adolescents ont pour eux la vivacité de leur âge et l'absence de toutes ces peurs qui paralysent ou agitent d'ordinaire les adultes. Peran avait le sentiment qu'à coeur vaillant rien ne serait impossible, qu'il trouverait, lui, les moyens de réussir car son envie ne connaissait pas de limites. " Je serai un jour chevalier ", dit-il simplement, comme on rappelle une promesse. Sa mère ne renchérit pas, ne voulant pas décourager son fils. Elle se dit qu'un jour celui-ci prendrait conscience des réalités mais que ce jour n'était peut-être pas encore arrivé...

Pendant les mois qui suivirent, le jeune Peran chercha à rassembler des informations sur les chevaliers. Il y avait peu de livres disponibles dans son village, alors il recueillait des informations auprès d'un peu tout le monde et surtout des quelques marchands qui commerçaient avec les villageois. Ceux-là voyageaient beaucoup et savaient nombre de choses sur le monde extérieur. Il apprit ainsi que c'était le monarque qui adoubait les chevaliers et qu'aucune règle précise ne définissait quand un prétendant était susceptible de l'être. La coutume voulait que les élèves de l'académie militaire royale ayant suivi jusqu'au bout leur enseignement fussent promus, mais que tout soldat ayant fait preuve d'une vaillance ou d'un courage exceptionnel au combat, ou tout sujet ayant réalisé un exploit pour le bien de son royaume ou du monarque pût également être adoubé. Peran vit dans cette information une lueur d'espoir. Il était donc possible de devenir chevalier sans être noble. Mais il réalisa aussi à ce moment que son principal obstacle était de ne pas se trouver à Pagonie, la capitale.

Il lui fallait rejoindre cette ville. Une fois sur place il lui serait beaucoup plus facile d'arriver à ses fins. Quelques jours plus tard il fit part à ses parents de son projet. Peran venait d'avoir quatorze ans et en ces temps-là il n'était pas rare que des garçons aussi jeunes quittassent leur foyer - particulièrement ceux du quatrième état, plutôt par nécessité que par choix. Mais les parents de Peran ne se réjouissaient pas de cette perspective. Sans être riches, ils arrivaient à subvenir aux besoins de leur famille de quatre enfants. Peran était le troisième de la famille et ses deux frères aînés aidaient déjà bien leur père à la ferme.

" Je suis bien assez grand pour vivre là-bas. Je travaillerai comme palefrenier ", lança-t-il comme argument. Il se garda bien de mentionner sa véritable ambition, ne voulant pas paraître trop irréaliste à ses parents. Devant la m

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen