text.skipToContent text.skipToNavigation
background-image

La Bande Cadet - Les Habits Noirs - Tome VIII von Feval, Paul (eBook)

  • Erscheinungsdatum: 29.06.2015
  • Verlag: Booklassic
eBook (ePUB)
0,99 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

La Bande Cadet - Les Habits Noirs - Tome VIII

La Bande Cadet, dont l'action centrale se déroule en 1853, conjugue a la recherche du fameux trésor, une nouvelle entreprise des Habits noirs contre la succession de Clare, et des substitutions d'identité compliquées, que le dénouement seul débrouille.

Produktinformationen

    Format: ePUB
    Kopierschutz: none
    Seitenzahl: 197
    Erscheinungsdatum: 29.06.2015
    Sprache: Französisch
    ISBN: 9789635255962
    Verlag: Booklassic
    Größe: 675kBytes
Weiterlesen weniger lesen

La Bande Cadet - Les Habits Noirs - Tome VIII

Prologue - Le salon aux quatre fenêtres

I - La rue Culture



Un soir d'hiver de l'année 1840, par un froid noir et mouillé, un pauvre homme entra au poste de la rue Culture-Sainte-Catherine. C'était une bonne figure naïve et un peu étonnée. Il portait un costume bourgeois très râpé, avec un tablier de garçon pharmacien, dont la grande poche bâillait sur son estomac. Dans cette poche, il y avait un paquet assez volumineux, ficelé dans du papier d'emballage.

Il demanda la permission de se chauffer au poêle ; ce qui lui fut volontiers accordé. Le jour s'en allait tombant au-dehors, et dans l'intérieur du corps de garde la nuit était tout à fait venue. On n'avait pas encore allumé le quinquet.

Quand le pauvre homme s'en alla, personne ne s'aperçut qu'il n'y avait plus de paquet dans la poche de son grand tablier.

À quelques pas du corps de garde s'élevait une maison d'assez grand aspect et fermée sur le devant par un mur. On l'appelait l'hôtel Fitz-Roy. Le dernier duc de Clare (celui qui portait le titre de prince de Souzay) l'avait habité un temps avec la princesse sa femme. On disait qu'ils étaient séparés maintenant.

Et la maison restait déserte, au point que, depuis le décès d'un vieux concierge, qui était resté là comme un chien dans sa niche après le départ des maîtres, on n'avait pas vu une seule fois la porte cochère rouler sur ses gonds.

Du haut en bas de l'hôtel, hiver comme été, les contrevents fermés masquaient les croisées, ce qui mettait le quartier en mauvaise humeur. Les marchands d'alentour disaient, non sans raison :

- C'est comme si on avait dans la rue un monument du Père-Lachaise. Qu'ils vendent ou qu'ils louent ! Il y a de quoi mettre là-dedans douze ménages de rentiers ou une fabrique de bronzes, qui ferait aller le commerce.

Ce fut dans une allée étroite et sombre, située vis-à-vis de l'hôtel Fitz-Roy, que se réfugia l'homme au paquet en sortant du corps de garde. Peut-être était-ce tout uniment pour se mettre à l'abri, car la pluie tombait. Nous devons dire pourtant que, dans cette espèce de guérite, il avait plutôt l'air d'un factionnaire qui fait le guet.

Ajoutons qu'il n'était pas seul. Dans une autre allée, également obscure, qui s'ouvrait au-delà de l'hôtel Fitz-Roy, un autre individu se garait aussi de la pluie. Il avait, celui-là, un cigare à paille entre les lèvres, un vieux chapeau gris pelé posé de travers sur des cheveux plats, d'un jaune déteint, et une redingote de forme " élégante " qui ne valait guère mieux qu'un haillon. Cela se voyait aux lueurs d'un réverbère que le vent balançait juste au-dessus de lui.

Cela ne se vit pas longtemps. Aussitôt que l'homme du corps de garde et lui eurent échangé de loin un signe, ils s'enfoncèrent l'un et l'autre dans la nuit de leurs guérites.

Au bout d'un quart d'heure environ, un parapluie tout ruisselant tourna l'angle de la rue Saint-Antoine. Il protégeait, tant bien que mal, un homme d'aspect modeste et déjà âgé, qui tenait par la main une toute petite fille.

Le chapeau gris siffla et dit entre haut et bas :

- Échalot !

L'autre répondit par un coup de sifflet pareil et grommela :

- On y est, Amédée, fidèle au poste jusqu'à la mort ! L'homme au parapluie et la petite fille, passant devant le corps de garde, s'éclairèrent un instant à la lueur du quinquet. L'enfant était tout en noir comme son père. Elle se pressait contre lui en trottinant et babillait en riant, malgré le froid qui rougissait ses joues.

Échalot, notre homme au paquet, la regardait d'un air bon enfant.

- Quand Saladin aura cet âge-là, dit-il, vous verrez qu'il sera encore plus mignon !... Tiens ! on ne voit plus Amédée. Méfiance ! c'est bien le papa Morand avec sa petite Tilde.

Il se rejeta dans l'ombre vivement.

L

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen