text.skipToContent text.skipToNavigation
background-image

la mémoire de salar von Edmond, M. F. (eBook)

  • Erscheinungsdatum: 09.05.2016
  • Verlag: Books on Demand
eBook (ePUB)
9,99 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

la mémoire de salar

En 2016, M.F. Edmond a 50 ans. " La mémoire de Salar " est son premier roman. Dans ce thriller rythmé, il engage ses personnages dans une course effrénée à travers le monde. Au fil de son récit, l'auteur évoque aussi les processus créatifs qui ont mené à la genèse de son histoire. Il nous parle de ses inspirations, de ses doutes, et parfois encore, des difficultés qu'il a rencontrées pour mener à terme son projet. A ce titre, l'ouvrage qu'il propose tient autant du témoignage, de l'essai, ou du recueil de pensées, que du roman à suspense.

M.F. Edmond est consultant en informatique. Né en Alsace, en 1966, il habite aujourd'hui encore cette région où il est installé avec sa femme et ses enfants.

Produktinformationen

    Format: ePUB
    Kopierschutz: watermark
    Seitenzahl: 292
    Erscheinungsdatum: 09.05.2016
    Sprache: Französisch
    ISBN: 9782322003327
    Verlag: Books on Demand
    Größe: 370kBytes
Weiterlesen weniger lesen

la mémoire de salar

3

Franck Werner était arrivé tard à son hôtel ce soir-là.

Il avait passé la journée au Palais des Congrès du Toronto Métropolitain pour animer une conférence sur l'évolution des salmonidés de l'ère jurassique à nos jours. Cet aspect de son métier l'occupait désormais une partie de l'année et lui permettait, entre autres choses, de trouver des financements pour monter de nouveaux projets. Et plus les années passaient, plus il se sentait à l'aise dans cette activité.

En revanche, ce qu'il supportait beaucoup moins dans ces périodes de colloques, c'était la fréquence des déplacements et des nuits passées à l'hôtel. C'est pourquoi, lorsqu'il le pouvait, il s'arrangeait pour ne pas dîner seul, retardant ainsi le moment du retour dans sa chambre.

Si ces soirées prenaient parfois quelques tournures galantes, ce n'avait pas été le cas ce soir puisqu'il avait soupé en compagnie de George Bleechwood, son commanditaire du jour. Celui-ci s'était montré enthousiaste sur sa prestation et ils avaient convenu de se retrouver le lendemain matin à son bureau, pour programmer de futures interventions. Après le repas, George avait déposé Franck à son hôtel.

La suite qu'il y avait louée était agréable. Elle s'ouvrait sur une entrée spacieuse, habillée d'un discret placard encastré et d'un petit guéridon surmonté d'une lampe de chevet. A gauche, deux portes permettaient l'accès aux sanitaires. Le bref couloir débouchait ensuite sur la chambre, agrémentée d'un élégant bureau et d'un vaste lit carré. En face, une large ouverture permettait d'accéder à un petit salon composé d'un canapé, d'un fauteuil et d'une télévision posée sur une commode.

La journée avait été chaude.

Dès son arrivée, Franck rejoignit la salle de bains pour se passer de l'eau fraîche sur le visage. Il en ressortit rapidement pour récupérer dans sa valise quelques affaires de toilette. C'est alors qu'il remarqua le discret ronronnement de la climatisation. Il le savait, il ne parviendrait pas à s'endormir avec cette mécanique en fond sonore. Il se dirigea donc vers le boîtier de commande et la désactiva. Il éteignit ensuite les lumières pour se préserver des moustiques, s'en alla ouvrir les portes-fenêtres dans chacune des deux pièces et s'attarda une minute sur le balcon qui surplombait le parking réservé à la clientèle.

La nuit était douce. Incapable d'aller se coucher, il retourna dans la pénombre du salon pour se réfugier au fond du fauteuil et laisser calmement s'évaporer le stress de sa journée.

Un visage lui revint à l'esprit ; celui d'une jeune femme brune, venue assister à la conférence de ce jour.

Lorsqu'en début d'après-midi, il était arrivé au Palais des Congrès, il l'avait aussitôt remarquée. Elle se tenait sur le parvis à proximité de l'entrée principale. Un bref instant, il avait eu la sensation qu'elle l'attendait. Mais alors qu'il s'approchait, elle avait détourné la tête. Il s'était alors dirigé vers l'accueil où il avait été très efficacement pris en charge. Une demi-heure plus tard, alors qu'elle pénétrait dans le petit amphithéâtre où le colloque se déroulait, il avait croisé à nouveau son regard.

Au milieu de chacune de ses présentations, Franck avait pour habitude d'organiser un entracte. Cela lui permettait de retrouver ses auditeurs autour d'un café ou d'une boisson fraîche et de découvrir ceux qui s'intéressaient à ses travaux. Aujourd'hui, il avait espéré échanger quelques mots avec sa jeune apparition du début d'après-midi, mais elle était restée très en retrait. On eût dit qu'elle l'avait observé sans oser l'approcher.

Il en était là de sa somnolence lorsqu'un bruit familier le remit en éveil. La serrure magnétique de la porte d'entrée venait d'être actionnée.

Franck se raidit dans son fauteuil. Quelqu'un s'introduisait dans sa chambre. Ce ne pouvait être qu'un membre du pers

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen