text.skipToContent text.skipToNavigation

Au gré de la plume et des circonstances von Jamin, Thierry (eBook)

  • Erschienen: 28.01.2016
  • Verlag: Books on Demand
eBook (ePUB)
4,49 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

Au gré de la plume et des circonstances

La nouvelle, cette forme brève du récit qui doit tenir en haleine et amener des chutes surprenantes n'est pas des plus faciles. Il faut tenir et serrer de près une situation sans se désunir ni partir dans tous les sens. C'est un exercice propice aux concours sur des thèmes donnés ou avec des phrases obligées ; pour autant c'est un format des plus agréables à pratiquer. Vous trouverez ici les neuf premières, et dernières d'ailleurs, de mes nouvelles écrites depuis une dizaine d'années. Ce qui ne représente qu'une par an en moyenne ; modeste effort et contribution au genre auquel je n'ai pas encore sacrifié assez de temps, hélas !

Avoir un ami poète, ce n'est pas si fréquent dans ce monde de brutes. Et bien, j'en ai (au moins) un et il m'a demandé de préfacer son recueil de poèmes. Lourde responsabilité que j'ai assumée non seulement au nom du devoir de l'amitié mais surtout parce que je veux saluer cette volonté touchante de publier des textes poétiques. Si vous connaissiez Thierry Jamin, vous ne seriez pas étonnés de son projet éditorial : il est un doux poète, à la sensibilité exacerbée comme nous l'aimons, et son étonnante profusion n'est que le masque timide et fragile d'un c?ur immense. Prenons alors le temps de voguer au fil des mots ivres de Thierry Jamin, ce Christophe Colomb du XXIe siècle qui va nous mener jusqu'au continent immense et presque oublié de la tendresse infinie. Pierre Léoutre

Produktinformationen

    Größe: 181kBytes
    Herausgeber: Books on Demand
    Sprache: Französisch
    Seitenanzahl: 96
    Format: ePUB
    Kopierschutz: watermark
    ISBN: 9782322002450
    Erschienen: 28.01.2016
Weiterlesen weniger lesen

Au gré de la plume et des circonstances

1/ L'amour, toujours l'amour, encore l'amour

" All you need is love " c'est un beau refrain qui donne un certain sens à la vie ; c'est du moins ce refrain-là que je chantais cet après-midi-là pour me donner du coeur à l'ouvrage, me convaincre de croire en quelque chose qui me raccroche à un espoir, même lointain.

Les phases post-rupture sont souvent le moment de faire le point et d'essayer d'y voir clair dans une période triste et qui remet beaucoup de choses en question.

Il n'était pas simple de continuer d'avancer depuis qu'hier au soir j'avais compris que tout était fini et que la rupture était consommée, par trop de facilité, de paresse, de mollesse sans doute.

Dans ces instants-là le doute est plus fort, une pointe d'angoisse sur un avenir incertain, moins assuré du moins, mais y a-t-il une assurance contre l'amour, ce sentiment fort et exigeant qui s'empare de vous et parfois vous consume.

Alors on ressasse, on passe en revue des souvenirs, un courant de nostalgie sur ce qui a été et ne sera plus et il faut se dire que ce n'est pas en allant voir le marabout du coin que le retour d'affection sera rendu possible.Bref, tourner la page, mettre une sourdine et essayer d'endormir un tant soit peu ces souvenirs qui vous titillent, ces occasions ratées, ces rencontres manquées, pour imaginer à défaut d'un avenir radieux, une lumière au bout d'un tunnel qui ne fait que commencer.

Pourtant ce n'était pas la première fois que je vivais ces sensations de dérobement, de vide et finalement le vertige de la solitude ; comme si je ne pouvais concevoir une minute d'être seul ou du moins de faire une pause dans mon existence pour mettre tout à plat.

À plat je l'étais assurément un peu, mais les amis ne manquaient pas qui d'une parole ou d'un sourire passeraient ce baume magique qui n'efface pas tout mais accélère la cicatrisation.

Mais enfin quel est le sens de ma vie me disais-je, rencontrer indéfiniment de nouvelles conquêtes d'un soir, d'une semaine ou d'une courte durée, ou bien construire, investir et du même coup accepter les contraintes et contingences inhérentes à une relation suivie ?

Bon, je vous l'accorde ça faisait un peu existentialiste sur le retour et en plus, en termes de perspective, ça ouvrait grand le champ du questionnement mais les réponses tardaient à arriver.

Inconstance de l'amour, inconsistance du lien, fugacité des sentiments ; dans la tornade médiatique du quarantième anniversaire presque rugissant de mai 1968, il y avait un synchronisme pas affligeant, juste un clin d'oeil.

Clairement, était-il temps de se caser ou de continuer l'exploration des champs de la connaissance humaine, ceux qui recèlent tant de surprises et de découvertes et vous ouvrent au monde ? Défilé de corps, catalogue d'émotions, odeurs, senteurs charnelles, décidément je n'étais que pulsions, émotions, tourbillons et pourtant à ma montre il y avait un sacré retard.

La tendresse, sentiment familier chez moi qui avait beaucoup d'amies féminines, ne pouvait se substituer à ce désir pas uniquement animal mais qui parfois me faisait monter des bouffées hormonales. Entre Adret et Ubac, l'adrénaline me permettait de ne pas verser dans un fossé de désespérance, dans une vallée de larme, de trouver de la ressource pour me projeter.

L'étreinte des corps, une libido encombrante comme compagne de vie ; voilà bien une partie du problème, harmoniser les aspirations et laisser une respiration à une existence qui ne peut être entièrement tournée vers le plaisir et la jouissance, physique du moins.

Décidément la remise en question allait loin déjà et je me demandais bien où allaient m'entraîner mes pensées divagantes entre fiction et affliction, bien près hélas de la déréliction ?

L'homme est il est un loup pour l'homme, un chasseur, un collectionneur, ou peut-il décemme

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen

    ALDI life eBooks: Die perfekte App zum Lesen von eBooks.

    Hier finden Sie alle Ihre eBooks und viele praktische Lesefunktionen.