text.skipToContent text.skipToNavigation
background-image

Champavert- Contes immoraux von Borel, Pétrus (eBook)

  • Erscheinungsdatum: 29.06.2015
  • Verlag: Booklassic
eBook (ePUB)
0,99 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

Champavert- Contes immoraux

Recueil de contes de Pétrus Borel, dit "le Lycanthrope", pseudonyme de Joseph Pierre Borel d'Hauterive. Ces sept contes constituent avec Madame Putiphar, l'un des meilleurs exemples de la littérature "cadavéreuse" et du genre frénétique, caractérisés par la recherche systématique du hideux, des péripéties sanglantes et des images atroces, parfois disposées sans souci de logique. Mais Pétrus Borel dépasse ces conventions pour conférer a son recueil la consistance d'une aventure littéraire : celle d'un écrivain narrant sa courte vie et sa mort. Dans une "Notice sur Champavert", Pétrus Borel, mystifiant le lecteur, annonce son suicide et affirme que Champavert et lui ne font qu'un, puis il en trace le portrait et donne quelques extraits des Rhapsodies. Les sept contes traitent un meme motif : l'amour trompé, avec pour objet une femme souvent contrainte ou violée. Chaque titre désigne un héros possible, défini par une qualité ou une fonction. L'immoralité (le titre général s'oppose aux Contes moraux de Marmontel) réside d'abord dans le fait que le mari ou l'amant trompés sont le plus souvent des victimes et que le coupable n'est que rarement puni.

Produktinformationen

    Format: ePUB
    Kopierschutz: none
    Seitenzahl: 107
    Erscheinungsdatum: 29.06.2015
    Sprache: Französisch
    ISBN: 9789635259205
    Verlag: Booklassic
    Größe: 537kBytes
Weiterlesen weniger lesen

Champavert- Contes immoraux

NOTICE SUR CHAMPAVERT



C'est toujours un pénible emploi que celui de détrompeur, c'est toujours une pénible corvée que celle de venir enlever au public ses douces erreurs, ses mensonges auxquels il s'est fait, auxquels il a donné sa foi ; rien n'est plus dangereux que de faire un vide dans le coeur de l'homme. Jamais je ne me hasarderai à une aussi scabreuse mission. Croyez, croyez, abusez-vous, soyez abusés !... L'erreur est presque toujours aimable et consolatrice. Malgré tout cet éloignement, ma religieuse sincérité, aujourd'hui, me fait un devoir de démasquer une supercherie, heureusement sans importance, une pseudonymie. De grâce, veuillez bien ne point vous emporter, comme vous le faites de coutume, quand on vient vous dire que la Clotilde de Surville n'a pas été, que son livre est apocryphe ; que la correspondance de Ganganelli et Carlino est apocryphe ; que Joseph Delorme est un pseudographe et sa biographie un mythe. De grâce, de grâce ! je vous en supplie, ne vous emportez point !...

Pétrus Borel s'est tué ce printemps : prions Dieu pour lui, afin que son âme, à laquelle il ne croyait plus, trouve merci devant Dieu qu'il niait, afin que Dieu ne frappe pas l'erreur du même bras que le crime.

Pétrus Borel, le rhapsode, le lycanthrope, s'est tué, ou pour dire la vérité que nous avons promise, le pauvre jeune homme qui se recelait sous ce sobriquet, qu'il s'était donné à peine au sortir de l'enfance ; aussi, peu de ses camarades connurent-ils son véritable nom ; aucun ne sut jamais la cause de ce travestissement ; le fit-il par nécessité ou par bizarrerie ? c'est ce qu'on ignore entièrement. Autrefois ce même nom avait été illustré en littérature et en sciences, par Pétrus Borel de Castres, profond docteur, antiquaire, médecin de Louis XIV et fils du poète Jacques Borel. Descendait-il maternellement de cette famille, avait-il voulu reprendre le nom d'un de ses aïeux ? c'est ce qu'on ignore entièrement et que sans doute on ignorera toujours.

Ainsi que nous l'avons rétabli en titre de ce livre, son vrai nom était Champavert.

Il n'est pas de plus doux plaisir que celui de descendre dans l'intimité d'un être sensible, c'est-à-dire supérieur, qui s'est éteint ; c'est une indiscrétion bien louable que celle de vouloir s'initier au secret de la vie d'un grand artiste ou d'un malheureux. On aime bien l'écrivain qui se complaît à étaler comme des tapisseries l'existence, souvent très occulte, des hommes qui nous sont chers. Quoique celle du jeune et fatal poète qui nous occupe n'excite pas en vous un aussi haut intérêt, je pense cependant que vous ne les auriez pas mal accueillis si j'avais pu déterrer quelques détails et quelques circonstances de cette vie anormale ; mais regrettablement on en sait bien peu de chose. Champavert était peu parleur de lui-même ; il tombait généralement dans le monde comme une apparition, sans antécédents connus, sans avenir présumé.

On a quelques raisons de croire, qu'originaire des Hautes-Alpes, il était né dans l'antique Ségusie, souvent, lui ayant entendu maudire son père, descendu des Montagnes, et nommer avec fierté comme ses compatriotes, Philibert Delorme, Martel-Ange, Servandoni, Audran, Stella, Coisevox, Coustou, Ballanche !... Mais, jeune, il avait laissé sa patrie.

Il montrait au plus vingt à vingt-deux ans à ceux qui l'approchaient, mais ses traits graves, de prime abord, le vieillissaient beaucoup.

Il était assez grand et svelte, peut-être même frêle ; il avait le teint brun, le profil caractéristique, l'oeil grand, blanc et noir, et quelque chose dans le regard qui fatiguait lorsqu'il était fixé, comme l'oeil convoiteux du serpent qui attire une proie.

Contre l'usage de notre époque, de même que Léonardo da Vinci, contrairement à cel

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen