text.skipToContent text.skipToNavigation

Gens de Dublin von Joyce, James (eBook)

  • Erschienen: 01.01.2012
  • Verlag: PRIMENTO
eBook (ePUB)
5,19 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

Gens de Dublin

Une édition de référence des Gens de Dublin de James Joyce, spécialement conçue pour la lecture sur les supports numériques. " Nous arrivâmes ensuite à la rivière, et restâmes longtemps à nous promener parmi les rues bruyantes, flanquées de hauts murs de pierre, surveillant le travail des grues et des machines, rudoyés souvent, parce que nous ne nous garions pas, par les conducteurs des camions gémissants. Il était midi quand nous atteignîmes les quais, et, comme tous les ouvriers étaient en train de déjeuner, nous achetâmes deux gros pains aux raisins et nous assîmes pour les manger sur un tuyau en fonte, à côté de la rivière. Nous étions enchantés du spectacle du commerce de Dublin : des chalands qui se signalaient de fort loin par les volutes de leur fumée floconneuse, des bruns bateaux de pêche jusque par-delà Ringsend, et du grand vaisseau blanc à voiles que l'on déchargeait sur le quai opposé. Mahony disait que ce serait une farce épatante à faire que de se sauver en mer sur l'un de ces trois-mâts, et moi-même, en regardant leurs mâts si hauts, je voyais, je m'imaginais voir cette géographie qui m'avait été pauvrement enseignée à l'école, qui tout à coup prenait corps sous mes yeux. " (Extrait du chapitre 2)

Produktinformationen

    Größe: 537kBytes
    Herausgeber: PRIMENTO
    Sprache: Französisch
    Seitenanzahl: 250
    Format: ePUB
    Kopierschutz: AdobeDRM
    ISBN: 9782806241863
    Erschienen: 01.01.2012
Weiterlesen weniger lesen

Gens de Dublin

Ce fut Joe Dillon qui nous fit découvrir le Wild West. Il avait une petite bibliothèque faite de vieux numéros de The Union Jack, Pluck et The Half Penny Marvel . Chaque soir, l'école finie, nous nous retrouvions dans son jardin et organisions des batailles de Peaux Rouges. Lui et son jeune frère, le gros Léo le paresseux, défendaient le grenier et l'écurie, que nous essayions d'emporter d'assaut ; ou bien, on livrait une bataille rangée, sur l'herbe. Mais nous avions beau nous battre de notre mieux, nous ne l'emportions ni dans nos assauts, ni en terrain découvert, et toutes nos luttes se terminaient par une danse triomphale de Joe Dillon.

Ses parents allaient chaque matin à la messe de huit heures à Gardiner Street et l'atmosphère de paix qui émanait de Mme Dillon régnait dans le hall de la maison. Mais Joe combattait avec trop de violence, pour nous qui étions plus jeunes et plus timides. Il avait vraiment l'air d'une sorte de Peau Rouge lorsqu'il gambadait autour du jardin, un vieux couvre-théière sur la tête, tapant de son poing sur une boîte en fer-blanc et hurlant : " Ya ! Yaka. Yaka. Yaka ! "

Aussi chacun fit montre d'incrédulité lorsqu'on raconta qu'il avait la vocation et qu'il voulait être prêtre. Et cependant c'était vrai.

Un esprit d'indiscipline s'était propagé parmi nous et sous cette influence disparaissaient les oppositions de culture et de tempérament. Nous nous étions ligués en bande les uns avec jactance, d'autres en guise de plaisanterie, certains presque avec frayeur ; je faisais partie des Peaux Rouges forcés qui redoutaient de paraître studieux ou qu'on accusait de manquer de virilité. Les aventures racontées dans la littérature du Wild West étaient loin de ma nature, mais du moins m'ouvraient-elles des portes d'évasion. Je préférais certaines histoires de détectives où; de temps à autre passaient de belles filles cruelles et échevelées. Quoiqu'il n'y eût rien de mal dans ces histoires et que leur visée fût parfois littéraire, elles ne circulaient à l'école qu'en secret. Un jour que le père Butler écoutait nos quatre pages d'histoire romaine, ce maladroit de Léo Dillon se fit pincer avec un des numéros de The Half Penny Marvel . " Cette page-ci ou celle-là ? Celle-ci ? Voyons, Dillon, à vous : À peine le jour... continuez... quel jour ?... À peine le jour était-il paru... savez-vous votre leçon ?... Mais qu'avez-vous donc dans votre poche ? "

Tous, le cœur battant, nous regardions Dillon qui sortait le journal et chacun prenait une expression innocente. Le père Butler feuilleta le journal, fronçant les sourcils.

– Qu'est-ce que c'est que tout ce galimatias ? dit-il. Le Chef des Wokotas ! C'est cela que vous lisez, au lieu d'apprendre votre histoire romaine ? Que je ne retrouve jamais de pareilles sornettes ici ! L'homme, qui a écrit cela, était j'imagine un pauvre diable qui voulait gagner de quoi aller au cabaret. Je suis étonné que des garçons bien élevés comme vous l'êtes lisent ces sottises. Je pourrais le comprendre à la rigueur si vous étiez des garçons de

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen

    ALDI life eBooks: Die perfekte App zum Lesen von eBooks.

    Hier finden Sie alle Ihre eBooks und viele praktische Lesefunktionen.