text.skipToContent text.skipToNavigation
background-image

Godefroy le Cruel von Allandet, Opaline (eBook)

  • Erscheinungsdatum: 24.08.2014
  • Verlag: Editions Dedicaces
eBook (ePUB)
7,09 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

Godefroy le Cruel

Il s'agit d'une histoire entièrement fictive, mais écrite dans un cadre historique réel (le haut Moyen-Age). En 1189, Godefroy de Lanicey, chef d'un fief bourguignon, s'embarque pour la troisième Croisade au Moyen-Orient, laissant son épouse et ses deux enfants.

Produktinformationen

    Format: ePUB
    Kopierschutz: none
    Seitenzahl: 112
    Erscheinungsdatum: 24.08.2014
    Sprache: Französisch
    ISBN: 9781770764101
    Verlag: Editions Dedicaces
    Größe: 464kBytes
Weiterlesen weniger lesen

Godefroy le Cruel

Deuxième partie

U ne année plus tard, au petit jour, un nuage de poussière fut aperçu au loin par les guetteurs de faction, à la tour de garde de la forteresse de Lanicey. Ils entendirent gronder un bruit de galop qui allait en s'amplifiant, faisant presque trembler le sol.

Qui donc pouvait bien poindre en bas de la vallée, à cette vitesse, et sans se faire annoncer ? Était-ce une nouvelle invasion barbare, celles-ci étant devenues fréquen-tes, sur un sol non encore unifié sous la même bannière ?

Quelle ne fut pas la surprise du maître des lieux, car c'était bien lui qui revenait, après trois ans d'absence, quand il se pointa au pont-levis de son château-fort !

Les gardes, qui reconnurent sa fougue et sa haute stature, hésitèrent un instant avant de les relever. Certains présentaient des têtes inconnues de Godefroy, mais cela pouvait s'expliquer : son absence avait été si longue ! Il se sentait très heureux de les retrouver, ces braves gens !

- Holà ! S'écria-t-il puissamment, tout en freinant son cheval qui se cabrait. Qu'attendez-vous pour faire entrer votre Maître et Seigneur ? Et il claquait son fouet en l'air, impatient.

Le vieux Waldemar, qu'il avait connu depuis son enfance, montrait une expression soucieuse et embarrassée.

- Sacrebleu ! Hurla Godefroy, que signifie tout cela ?

Sa hâte était fort grande de retrouver Dame Mahaut aux cheveux d'or : elle lui avait tant manqué ! La nonc-halance raffinée et sensuelle des femmes orientales, qu'il avait fréquentées dans certains bordels, florissants là-bas, l'avait fortement enthousiasmé. Mais aucune d'entre elles ne possédait la grâce un peu fragile de son épouse. Il allait enfin pouvoir l'étreindre entre ses bras, ainsi que ses enfants qui devaient être grands et feraient sa fierté !

Certains soldats l'accueillirent avec l'empressement qu'il attendait, apparemment contents de son retour. Mais, en avançant dans la cour, il remarqua des hommes, qui, au lieu de le saluer, s'engouffrèrent à l'intérieur du bâtiment d'habitation. Quand il sauta de son cheval et voulut franchir le portail en bois de son château, il trouva celui-ci fermé.

Un frémissement de rage courut le long de son échine, et il égrena tout un chapelet de jurons. Il cogna contre le portail avec fureur de ses poings d'acier puis, voyant qu'on ne lui ouvrait pas, d'un coup de sabre, il fracassa le pêne de la porte : celle-ci céda sous sa force décuplée.

Il renversa Waldemar, le vieux serviteur qui était resté posté derrière la porte. Et, sans s'excuser, le ques-tionna:

- Voyons, Waldemar, que se passe-t-il ici ?

Le pauvre vieillard ne put lui répondre, le souffle coupé.

Godefroy grimpa en courant l'escalier de bois usé qui conduisait à l'appartement de Mahaut. Il croisa au passage des servantes affolées, mais qu'il ne vit point. La baronne recevait son aimé ce jour-là, car il revenait d'un voyage, et les serviteurs avaient reçu l'ordre de n'ouvrir à personne. Aymeric, après avoir savouré les délices d'un amour passionné, se détendait dans un agréable instant de torpeur.

Cependant, une servante avait réussi à les prévenir, en catimini, du retour du sire. Quand Aymeric apprit cette nouvelle, il eut juste le temps de bondir dans ses vêtements, et de chercher à se dérober par la fenêtre. Mais ce fut peine perdue : déjà

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen