text.skipToContent text.skipToNavigation
background-image

L'héritage de Yanael La quête. von Edorra, Véronique (eBook)

  • Erscheinungsdatum: 08.02.2016
  • Verlag: Books on Demand
eBook (ePUB)
4,99 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

L'héritage de Yanael

2073 ap JC. : Yanael est un Lasmonien, extraterrestre menant une expédition scientifique vers la Terre. Son arrivée sur notre planète est tenue secrète pendant un an. Année durant laquelle il donne et reçoit, culturellement parlant. Jusqu'à l'ultime désillusion. Yanael repart, laissant sur Terre une chasse au trésor géante, menant au savoir de son peuple. 17 ans plus tard : plusieurs agences, gouvernementales et non gouvernementales secrètes se sont créées pour suivre cette quête, nommée quête de Yanael. C'est dans cet ambiance que la famille Lippman évolue. Le père, David, est un des chefs du CEBY, agence gouvernementale européenne. Il entraîne William, son aîné, à suivre ses traces, et a l'intention de faire de même avec son cadet, Devon. En ce qui concerne la benjamine, Océane, il s'en remet au destin. Suivez la famille Lippman dans les tourmentes de la quête de Yanael.

Véronique Edorra est une auteure qui aime les sagas épiques, les personnages développés, les voyages et l'imaginaire.

Produktinformationen

    Format: ePUB
    Kopierschutz: watermark
    Seitenzahl: 568
    Erscheinungsdatum: 08.02.2016
    Sprache: Französisch
    ISBN: 9782322002153
    Verlag: Books on Demand
    Größe: 689kBytes
Weiterlesen weniger lesen

L'héritage de Yanael

PROLOGUE

ANNEE 2072 APRES JC

La Terre était censée être le berceau de tous mes espoirs ; elle en serait finalement le cercueil.

Je me fais l'effet d'être le roi des idiots, pour reprendre une expression terrienne. Les miens m'avaient pourtant prévenu, taxant mon voyage et mon expérience d'inutiles, de parvenues et d'autres termes que je me suis fait une hâte d'oublier. Certains ont même parlé de suicide scientifique. Ils n'avaient pas tort, malheureusement.

Traverser des milliers d'années-lumière pour en arriver à ce désastre est la chose la plus déprimante de l'univers. Je peux au moins me rassurer en me disant que j'ai évité la mort de mon équipe. Ils ont tous hâte de rentrer sur notre planète mère et m'attendent avec impatience à bord de notre vaisseau en orbite.

Mais je n'en ai pas encore fini avec les Terriens.

Je vérifie à nouveau l'ouverture de ma cachette aux trésors. Le verrou que j'ai conçu ne fera entrer que l'être le plus averti et le plus évolué. Hors de question que je laisse l'étendue de mes connaissances à quelqu'un qui n'est pas prêt à les recevoir. J'ai compris la leçon.

L'amertume s'empare à nouveau de mon coeur alors que je redescends les marches de pierre, ignorant la multitude des technologies que je laisse. Dieu m'est témoin que j'ai tenté de leur enseigner mon savoir. Moi et mon équipe étions venus dans un unique but de partage. Nous pensions les Terriens assez évolués pour recevoir. Nous nous trompions. Peut-être que tout est de ma faute, finalement. Je me suis trop obstiné. J'ai voulu croire en la bonté des Terriens, croire en leur volonté de découvrir et de s'améliorer.

Je dois admettre que nous avons été très bien reçus à notre arrivée, un an plus tôt. J'ai aimé discuter avec les laborantins, partager mon avis sur nos dons, notre technologie et notre vision des choses. Les coutumes terriennes sont si différentes de celles de ma planète d'origine.

Puis, j'ai commencé à déchanter. Les Terriens qui nous avaient accueillis dissimulaient notre existence aux yeux de leurs contemporains. Nous étions retenus dans un vaste complexe scientifico-politique. D'après ce que j'ai compris, les trois grandes confédérations territoriales de la planète se disputaient notre savoir. L'idée d'être au centre d'un enjeu politique ne nous enchantait guère.

Nous avons eu de nombreuses discussions houleuses dans l'équipe et avec les membres des gouvernements terriens. Heureusement, nous sommes parvenus à un accord. Notre savoir serait partagé entre tous les peuples de la Terre. Cette décision nous avait réjouis et enthousiasmés et c'est avec un regain d'énergie que nous avions repris notre travail. Quand j'y repense, nous nous sommes fait berner comme des enfants de deux ans.

Les semaines et les mois étaient passés. Nous commencions à bien nous habituer à notre nouvelle vie, à tisser des liens avec nos hôtes. La vie était plutôt belle à l'époque. Certains de nos disciples faisaient des progrès prodigieux.

Jusqu'à l'ultime déception. Le point de non-retour. Les terriens s'étaient servis d'un de nos dons pour construire une arme. Une arme ! Tout ce pour quoi nous luttons, tout ce que nous souhaitons voir disparaître. La violence est la bête noire de notre civilisation. Chez nous, elle n'a pas cours. Nous célébrons la vie de toute notre âme. Je pensais les Terriens prêts à suivre cette voie. Je me trompais. Je dois réparer mes erreurs, étouffer le mal à la racine, tant qu'il en est encore temps.

J'ai tout repris, du moins, tout ce que les Terriens n'avaient pas eu le temps d'étudier ou d'assimiler. J'ai tout dissimulé ici, sur Terre. C'est là que tous mes dons attendront que quelqu'un soit assez mûr pour les comprendre et les respecter. Le parcours semé d'embûches qu'il devrait accomplir pour y accéder forgera son esprit. Alors le digne successeur de Yanael sera désigné, et la Terre pr

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen