text.skipToContent text.skipToNavigation

La Garçonne von Margueritte, Victor (eBook)

  • Erscheinungsdatum: 08.08.2016
  • Verlag: Books on Demand
eBook (ePUB)
1,99 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

La Garçonne

L'histoire de Monique Lerbier ... L'énorme scandale qu'il déclencha valut également à Victor Margueritte d'être radié de la Légion d'honneur.

Produktinformationen

    Format: ePUB
    Kopierschutz: watermark
    Seitenzahl: 252
    Erscheinungsdatum: 08.08.2016
    Sprache: Französisch
    ISBN: 9783741265501
    Verlag: Books on Demand
    Größe: 1431kBytes
Weiterlesen weniger lesen

La Garçonne

Deuxième partie

I

Monique Lerbier à M me Ambrat,

Route des Acacias, à Vaucresson,

14, rue Chaptal.

Paris, le 1 er mars.

Merci, madame, pour votre offre si obligeante. Mais une place de secrétaire, auprès de vous, en ce moment, je ne pourrais pas. J'ai la sensation de promener dans la vie un corps vide. Il me semble que jamais je ne pourrai plus rire... Mes parents quittés, ma tante disparue, cela a été un bouleversement si brusque !

Je voudrais mourir, puisque tout est manqué pour moi. Cet après-midi, en sortant de chez le notaire après l'ouverture du testament, je pensais, dans le salon de thé où je me reposais, à la pauvre chère tante, j'enviais son sort...

Il y avait, à la table près de la mienne, une grand-mère avec deux enfants en deuil, une fillette de quatorze ans déjà petite femme, et son frère, un garçonnet de six ans. Je songeais que je ne serai jamais mère, que je resterai une inutile... Je vieillirai comme tante Sylvestre, seule...

Je suis seule désormais ! Seule dans ma maison, seule dans mon coeur... sans attaches sociales, sans foyer !...

Merci encore d'avoir bien voulu penser à m'accueillir au vôtre... Mais je sens que de longtemps je ne pourrai me trouver au milieu d'enfants. Je suis trop grave pour leurs petites âmes, ils seraient trop joyeux pour moi...

Je vous embrasse bien affectueusement.

Monique.

Monique Lerbier à M me Ambrat.

Paris, le 15 juillet.

Chère madame,

Il y a longtemps que je ne vous ai donné de mes nouvelles. Je suis confuse de mon silence après votre bonne lettre... Aujourd'hui, je souffre moins, je peux vous écrire...

Il me semble que ma douleur s'est un peu engourdie. Je regarde, sans qu'un sentiment quelconque me dicte de la peine ou de la joie. Je vois le soleil pâle de cette matinée, le jardin si profond sous mes fenêtres, des prêtres qui passent. Je végète seulement.

Vous ai-je dit. qu'après le règlement de la succession de la pauvre tante, j'ai quitté la rue Chaptal, si noire ? J'habite maintenant sur la rive gauche, rue Vaneau. Mes trois fenêtres ouvrent sur le parc des Missions Étrangères...

Mais je suis toujours près de me réveiller dans la souffrance. Il faut si peu pour que mon désespoir revienne... Ah ! ne plus penser... Il paraît qu'on se console, ou au moins qu'on s'habitue à son mal, à tous les maux. Être encore heureuse, un jour ? Cela pourrait-il être ? je ne l'imagine pas...

Votre reconnaissante.

Monique.

Monique Lerbier à M me Ambrat.

22 novembre.

Chère madame,

Ce que je deviens ? Une bien pauvre chose, mal résignée à son sort. Merci de vos bonnes paroles. Hélas ! je ne me consolerai jamais... J'avais placé mon idéal si haut que n'y pouvant atteindre, je n'ai plus maintenant qu'à descendre assez bas pour ne plus jamais l'apercevoir... Peut-être alors m'habituerai-je à n'y plus penser. Je vis en attendant, comme une malade se soigne, sans goût d'entreprendre, ni d'espérer...

Pourtant je sens bien que c'est dans le travail, et dans le travail seul que je trouverai un allégement au boulet que je traîne !... Peut-être vais-je donc essayer de revenir, avec plus de continuité, à mes essais d'autrefois... Vous vous souvenez peut-être des petites compositions auxquelles je m'amusais, du temps que je n'avais rien à faire ? J'ai repris mes ébauchoirs, mes pinceaux... Je dessine même quelques modèles d'ameublement, je peins des étoffes...

On me conseille, comme un métier pas trop encombré encore, la décoration... J'ai envie aussi d'y adjoindre, grâce à l'argent de ma tante, un magasin d'objets d'art anciens... Je crois que je trouverai là, en même temps que de quoi achever de gag

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen

    ALDI life eBooks: Die perfekte App zum Lesen von eBooks.

    Hier finden Sie alle Ihre eBooks und viele praktische Lesefunktionen.