text.skipToContent text.skipToNavigation
background-image

Sous les yeux d'Occident von Conrad, Joseph (eBook)

  • Erscheinungsdatum: 22.06.2015
  • Verlag: Booklassic
eBook (ePUB)
0,99 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

Sous les yeux d'Occident

Un étudiant russe trouve un soir chez lui, caché, l'assassin d'un ministre de la répression tsariste survenue des heures plus tôt. Ce dernier lui demande de l'aider à fuir. Notre héros accepte, mais finit par le dénoncer à la police. Il se trouve alors pris dans un engrenage et est engagé pour espionner des révolutionnaires actifs à l'étranger, et notamment en Suisse....

Produktinformationen

    Format: ePUB
    Kopierschutz: none
    Seitenzahl: 206
    Erscheinungsdatum: 22.06.2015
    Sprache: Französisch
    ISBN: 9789635250011
    Verlag: Booklassic
    Größe: 626 kBytes
Weiterlesen weniger lesen

Sous les yeux d'Occident

I

Le début du journal de M. Razumov a trait à l'assassinat d'un homme d'État éminent, événement caractéristique de la Russie moderne, et plus caractéristique encore de la corruption morale d'une société opprimée où les plus nobles aspirations de l'humanité : désir de liberté, patriotisme ardent, amour de la justice, sens de la pitié, fidélité même des âmes simples, sont livrées aux frénésies de la haine et de la crainte compagnes inséparables d'un despotisme inquiet.

Le fait dont je veux parler est l'attentat, couronné de succès, contre la vie de M. de P..., Président de la fameuse commission de Répression d'il y a quelques années, et Ministre d'État investi de pouvoirs extraordinaires. Les journaux ont fait assez de bruit autour de ce personnage fanatique dont la poitrine étroite était serrée dans un uniforme brodé d'or ; dans sa figure de parchemin ridé, des yeux sans éclat s'abritaient derrière des lunettes et la croix de l'Ordre de Sainte-Procope pendait à son cou décharné. À une époque, si vous vous en souvenez, il ne se passait pas de mois sans que son portrait ne parût dans une des revues illustrées d'Europe. Il servait la monarchie en emprisonnant, en exilant ou en envoyant à l'échafaud, hommes et femmes, jeunes et vieux, avec une activité impitoyable et toujours égale. Dans son acceptation mystique du principe d'autocratie, il s'était appliqué à extirper du pays les derniers vestiges de ce qui pouvait, dans les institutions publiques, rappeler la liberté, et son impitoyable persécution de la génération nouvelle semblait viser à la destruction même de tout espoir de liberté.

On a dit que ce personnage exécré n'avait pas assez d'imagination pour concevoir la haine qu'il inspirait. C'est chose à peine croyable, mais le fait est qu'il prenait très peu de précautions pour sa sécurité. Dans le préambule d'un document officiel fameux, il avait un jour déclaré que " la pensée de la liberté n'était jamais apparue dans les actes du Créateur. La multitude des avis ne pouvait amener que révolte et désordre, et désordre et révolte sont des péchés dans un monde créé pour l'obéissance et la stabilité. Ce n'est pas la Raison mais l'Autorité qui exprimait l'Intention Divine. Dieu était l'Autocrate de l'Univers... " L'auteur d'une telle déclaration se croyait peut-être protégé par le ciel, lié envers l'impitoyable défenseur de l'Autocratie sur cette terre.

Il est probable que la vigilance de la police l'avait sauvé bien des fois, mais, lorsqu'au jour fixé il rencontra son destin, aucune précaution des autorités compétentes n'aurait pu le sauver. Elles ne surent rien de la conspiration tramée contre la vie du Ministre, ne reçurent de leurs informateurs ordinaires aucun avis de complot, n'eurent vent d'aucun symptôme, d'aucun mouvement suspect, d'aucune présence dangereuse.

M. de P... se rendait au chemin de fer, dans un traîneau découvert attelé de deux chevaux, avec un valet de pied et un cocher sur le siège. La neige, accumulée toute la nuit, rendait lourde aux pieds des chevaux la chaussée, non déblayée encore à cette heure matinale. Elle continuait à tomber à gros flocons. Mais on avait dû observer et signaler le traîneau. Comme l'attelage tirait à gauche pour prendre un tournant, le valet de pied remarqua un paysan qui marchait lentement au bord du trottoir, les mains dans les poches de sa touloupe en peau de mouton, et les épaules remontées jusqu'aux oreilles sous l'averse de neige. Lorsque le traîneau arriva à sa hauteur, le paysan se retourna brusquement et leva le bras. Il y eut au même instant un choc terrible, et une détonation assourdie par la masse des flocons ; les deux chevaux gisaient, déchiquetés, sur le sol, et le cocher précipité de son siège, avec un cri aigu, était mortellement blessé. Le valet de pied (seul survivant du drame) n'eut pas le temps de distinguer le visage de l'ho

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen