text.skipToContent text.skipToNavigation
background-image

Entre Déflation et Récession. Abenomics est-il la bonne politique économique pour ramener le Japon sur le chemin de la croissance? von Schmengler, David (eBook)

  • Erscheinungsdatum: 22.06.2015
  • Verlag: GRIN Publishing
eBook (ePUB)
31,99 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

Entre Déflation et Récession. Abenomics est-il la bonne politique économique pour ramener le Japon sur le chemin de la croissance?

Thèse de Bachelor de l'année 2015 dans le domaine Economie politique - Etudes de cas, note: 1,0, Hochschule Reutlingen (NEOMA Business School / ESB Business School), cours: International Management, langue: Français, résumé: Le Japon est un pays avec une longue tradition. Cette tradition se traduit par son histoire culturelle, politique et économique. Le pays est connu pour sa montée en puissance dans les années 1980 quand il semblait pouvoir menacer la suprématie des Etats-Unis sur le plan géopolitique. Avec son éthique de travail et son système économique innovateur, les produits nippons sont devenus connus et appréciés dans le monde entier. Aujourd'hui, peu fait penser à cette époque. Le monde économique ne ressemble plus à celui du 20ème siècle. Les Etats-Unis sont toujours la puissance géopolitique mondiale. La Chine est devenue le " champion mondial de l'exportation " et accompagnée par d'autres pays émergents tels que l'Inde, le Brésil, la Russie et l'Indonésie, la Chine est en train de devenir le nouveau géant mondial. Et le Japon ? Normalement le pays devrait profiter du nouvel ordre mondial. Les pays occidentaux,notamment l'Europe et les Etats-Unis, craignent une perte d'influence dans les années à venir. Les régions émergentes, surtout les pays asiatiques, sont en pleine croissance et se caractérisent par un développement économique rapide. Cependant, le Japon se trouve en difficulté. Après l'éclatement de la bulle spéculative au début des années 1990s, le Japon fait face à une phase de moindre croissance et à un recul de son niveau des prix. Le Japon a perdu du terrain par rapport à la concurrence internationale et rencontre des problèmes structurels au sein de son économie. Il sera donc intéressant à observer si le Japon pourra retrouver toute sa vigueur dans les prochaines années. Ce travail essayera de répondre à cette question en présentant les forces et les faiblesses de l'économie japonaise. Parallèlement, il essayera à l'exemple d'Abenomics de présenter les outils de gestion politiques qui peuvent - négativement ou positivement - influencer la compétitivité d'une économie nationale. Il y a non seulement une réponse à la question comment un pays doit être structuré pour réussir dans le monde économique du 21ème siècle. Il y'en a beaucoup. Ce travail essayera de présenter les points les plus importants et d'illustrer dans quelle mesure la politique économique du Japon peut activement surmonter la déflation et ramener le pays sur le chemin de la croissance.

Produktinformationen

    Format: ePUB
    Kopierschutz: AdobeDRM
    Seitenzahl: 101
    Erscheinungsdatum: 22.06.2015
    Sprache: Französisch
    ISBN: 9783956877605
    Verlag: GRIN Publishing
    Größe: 1373 kBytes
Weiterlesen weniger lesen

Entre Déflation et Récession. Abenomics est-il la bonne politique économique pour ramener le Japon sur le chemin de la croissance?

Première Partie - Etat de l'art

1. La crise du Japon dans les années 1990s

Au milieu du 20ème siècle, le Japon est en train de devenir le nouveau géant économique mondial. En fabricant des produits de haute technologie aux prix raisonnables, le Japon devient la contrepartie des Etats-Unis sur le plan économique et géopolitique. C'est la raison pour laquelle en décembre 1989, l'économiste américain Lawrence Summers (Secrétaire du Trésor des Etats-Unis 1999-2001) dit que " ceux auraient probablement raison qui pensent que le Japon sera une plus grande menace aux Etats-Unis que l'union soviétique " [1] . Le secteur automobile et la construction des appareils électroniques constituent à l'époque l'échine de l'économie nippone. Des entreprises telles que Honda, Toshiba, Sony et Toyota deviennent des symboles nationaux pour la montée en puissance de l'économie japonaise et le sont jusqu'aujourd'hui.

La période entre la fin de la deuxième guerre mondiale est les années 1990 est une période de haute croissance et de prospérité économique. De 1950 à 1970, la croissance moyenne annuelle du Produit Intérieur Brut (PIB) japonais s'élève de 9% à 10% avec un taux d'inflation modéré d'environ 4%. Brièvement interrompu par le choc pétrolier en 1973 et 1974, le pays est un modèle par excellence pour un développement économique favorable. [2] A l'époque, le Japon paraît être la Chine du 20ème siècle. Mais les prévisions des analystes ne se confirment pas. La période de croissance est interrompue par l'éclatement d'une bulle spéculative sur le marché immobilier et le marché boursier au début des années 1990. A l'époque, la période de la création de la bulle spéculative se caractérise par trois facteurs coexistants : une forte augmentation des prix d'actifs, une expansion de la masse monétaire et de crédits et une surchauffe de l'économie. Parallèlement, le niveau d'inflation est relativement stable tout au long de la période bien que le Japon se trouve dans une phase de prospérité depuis plusieurs années. [3]

Dérégulation des marchés financiers

Traditionnellement, le système bancaire japonais et les marchés financiers sont strictement régulés et supervisés par le Département du Trésor japonais. Mais dans les années 1980, une libéralisation des marchés financiers est mise en place qui mine la profitabilité des institutions bancaires. Les banques craignent que les grandes entreprises deviennent financièrement plus indépendantes et qu'elles aillent chercher des moyens de financement ailleurs. La dérégulation renforce la pression compétitive entre les banques ce qui a pour résultat que les banques accordent des prêts aux clients qui possèdent une moindre solvabilité. En particulier, les banques accordent plus de prêts aux petites et moyennes entreprises (PME). Cette politique de crédit laxiste fait augmenter les risques des banques par rapport à leur perspective de profit ainsi que le volume de crédit en circulation. [4] Cette expansion du volume de crédit est parallèlement accompagnée par une politique monétaire expansionniste de la Banque Centrale du Japon (BOJ).

Politique monétaire expansionniste à la fin des années 1980

Etant donné que l'économie japonaise ne donne aucun présage d'une inflation, la BOJ ne voit pas la nécessité d'augmenter ses taux directeurs. Le niveau de prix du marché des biens et services est stable et la préservation de la stabilité de prix n'est donc pas un objectif imminent de la BOJ. En plus, la signature de l'Accord de Plaza en 1985 renforce la pression internationale sur la BOJ de poursuivre une politique expansionniste. [5] Cet accord, [...] signé par les Etats-Unis, le Japon, l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, avait

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen