text.skipToContent text.skipToNavigation

La Grande Guerre von Nicot, Alphonse (eBook)

  • Erschienen: 26.01.2015
  • Verlag: Ligaran
eBook (ePUB)
5,99 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

La Grande Guerre

Extrait : 'Le 19 juillet 1870, à la suite de la falsification, faite par Bismarck, d'une dépêche adressée d'Ems par le roi de Prusse Guillaume Ier à l'empereur Napoléon III, la guerre éclata entre la Prusse et la France. La France venait de traverser vingt ans de prospérité économique sans précédent dans son histoire. Elle se croyait invincible.'

Produktinformationen

    Größe: 266kBytes
    Herausgeber: Ligaran
    Untertitel: Tome I - Les Prétextes - L'Invasion
    Sprache: Französisch
    Seitenanzahl: 277
    Format: ePUB
    Kopierschutz: AdobeDRM
    ISBN: 9782335012378
    Erschienen: 26.01.2015
Weiterlesen weniger lesen

La Grande Guerre

II Les préludes de la guerre
Les incidents. - Tanger. - Agadir. - Les concessions de la France en vue du maintien de la paix. - Les incidents des Balkans.

Nous avons vu l'immense besoin d'expansion coloniale que manifestaient les Allemands. Ce besoin avait un objet bien précis : il visait nos possessions de l'Afrique du Nord et plus particulièrement le Maroc, sur lequel nous n'avions pas encore établi notre protectorat, mais que la proximité de l'Algérie désignait d'avance pour devenir, dans le nord de l'Afrique, une nouvelle " terre française ".

Pour réaliser cette expansion par des annexions et des emprises dans le monde musulman, l'empereur Guillaume II commença d'abord à flatter la Turquie ; mais il voyait encore plus loin ; il préparait la pénétration allemande en Asie Mineure et avait fait, en 1898, un voyage retentissant à Jérusalem.

Désireuses de conserver la paix à tout prix, ni la France, ni l'Angleterre, ni la Russie, ne s'opposèrent aux tentatives allemandes. Aussi l'empire du centre augmenta-t-il ses prétentions d'une façon inattendue. Les affaires du Maroc allaient lui en fournir le prétexte.

Nous avons dit que, petit à petit, toutes difficultés pendantes entre la France et l'Angleterre s'étaient aplanies, principalement grâce aux patriotiques efforts du roi Edouard VII. En vertu de l'accord qui intervint, la France abandonnait ses droits sur l'Égypte, tandis que l'Angleterre reconnaissait les nôtres au Maroc.

Cette concorde entre ces deux puissances porta ombrage aussitôt aux Allemands, dont elle contrariait les visées ambitieuses.

Le Maroc, surtout, était l'objet des convoitises de l'empire d'Allemagne. Sa double situation en bordure de la Méditerranée d'une part, de l'Atlantique de l'autre ; la fertilité d'une grande partie de son sol, et enfin les richesses minérales qu'il était soupçonné contenir, en faisaient une proie toute désignée pour la rapacité teutonne.

C'est au printemps de 1905 que l'" affaire du Maroc " commença à devenir une des plus grandes questions politiques des temps modernes.

À ce moment, nous avions dû y engager plusieurs opérations militaires.

L'empereur Guillaume vint attiser le feu qui couvait en faisant un voyage à Tanger. Au cours de ce voyage, il affecta de dire qu'il venait rendre visite au sultan, souverain indépendant : c'était donner suffisamment à entendre qu'il s'opposerait à toute tentative d'annexion ou de protectorat de la part de la France.

Cependant la diplomatie française, forte de son bon droit, passa outre. Une conférence fut réunie à Algésiras en 1906, et dans cette conférence furent reconnus et précisés les droits de la France au Maroc. L'Allemagne signa même avec nous, en 1909, un accord dans lequel la France accordait à l'Allemagne des concessions immenses, en lui reconnaissant " l'égalité économique " et en s'engageant à une " collaboration commerciale et financière " pour l'exploitation future du territoire marocain.

Mais les ambitions allemandes ne pouvaient se contenter de ces concessions, quelque grandes qu'elles fussent ; elles exigeaient davantage.

Le manque de sécurité pour nos nationaux, dans certaines villes de l'intérieur du Maroc, notamment à Fez et à Marakech, nous avait amenés à y réunir un corps expéditionnaire.

Les choses en étaient là, quand un coup de théâtre se produisit brusquement.

L'Allemagne venait d'envoyer, devant la ville d'Agadir, un croiseur cuirassé, le Panther , pour affirmer d'une façon " armée " les droits qu'elle prétendait avoir à une zone d'influence plus étendue sur le territoire marocain. Cela se passait en juillet 1911.

Et, en même temps, sa diplomatie annonçait qu'à défaut de cette zone d'influence agrandie, elle exi

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen

    ALDI life eBooks: Die perfekte App zum Lesen von eBooks.

    Hier finden Sie alle Ihre eBooks und viele praktische Lesefunktionen.