text.skipToContent text.skipToNavigation
background-image

Essai sur le patrimoine de Beaufort-en-Vallee : un des plus beaux comtes du royaume von Schio, Jean-Marie (eBook)

  • Erscheinungsdatum: 04.04.2016
  • Verlag: Books on Demand
eBook (ePUB)
7,49 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

Essai sur le patrimoine de Beaufort-en-Vallee : un des plus beaux comtes du royaume

C'est en 1342, que commence l'histoire des comtes de Beaufort, dans la province d'Anjou. Par la volonté du pape Clément VI à qui le Roi ne pouvait plus rien refuser, un territoire et les revenus correspondants ont été soustraits du comté d'Anjou, pour être confiés à son propre frère Guillaume Roger Une section de la Loire, entre Angers et Saumur, et la riche vallée qui la borde, désormais protégée de l'expansion de ses eaux, sont devenues en quatre ans territoire d'un vicomté, puis comté. Et plus, la famille Roger s'est alliée aux plus beaux partis du royaume, se hissant ainsi à l'égal des princes. Après les Roger de Beaufort, plusieurs grands personnages ont possédé ce comté, en particulier : le roi René d'Anjou et sa femme Jeanne de Laval, René, le bâtard de Savoie ; Henri de la Tour d'Auvergne, maréchal de France ; le cardinal Richelieu ; le Grand Condé, par sa femme Claire-Clémence de Mailé-Brézé et Louis-Stanislas-Xavier, comte de Provence et futur roi Louis XVIII. C'est un morceau d'histoire, sur quatre cent cinquante ans dans l'Ancien Régime, que l'auteur nous propose de découvrir. Né en 1942, Jean-Marie SCHIO passe son enfance à Beaufort-en-Vallée, en Anjou. Ingénieur en constructions civiles et travaux publics de l'État, une carrière dans la fonction publique l'emmène sur plusieurs terrains pour conduire la réalisation d'ouvrages collectifs, puis administrer la réhabilitation de logements privés. L'heure de la retraite venue, il se consacre à sa passion pour les arts graphiques et la connaissance du patrimoine, en diverses régions et particulièrement en vallée de Loire.

Produktinformationen

    Format: ePUB
    Kopierschutz: watermark
    Seitenzahl: 172
    Erscheinungsdatum: 04.04.2016
    Sprache: Französisch
    ISBN: 9782322021314
    Verlag: Books on Demand
    Größe: 7070kBytes
Weiterlesen weniger lesen

Essai sur le patrimoine de Beaufort-en-Vallee : un des plus beaux comtes du royaume

Le comté réuni au duché d'Anjou

René d'Anjou prend possession du comté

Antoinette avait fait donation de ses biens, pour après sa mort, à Boucicaut, mais Éléonore de Beaufort, tante d'Antoinette, héritière de Raymond de Turenne, se met néanmoins en possession de tous ses biens, dont le comté de Beaufort. Elle en rend hommage à Charles VI, le 5 juillet 1417 et en jouit alors sans opposition.

N'ayant point d'enfant, elle institue son cousin Pierre de Beaufort pour héritier universel.

Pierre est notamment comte de Beaufort en 1433 quand Rodrigue de Villandrando, capitaine de gens d'armes pour le Roi, surnommé l'empereur des brigands ou l'écorcheur, promet qu'il sera dorénavant " vray, loyal amy, allié et bien veillant de mgr.

le comte de Beaufort ... ".

Cette alliance n'est pas dénuée d'intérêt, quand on sait qu'il peut compter sur dix mille mercenaires sanguinaires, la plupart d'origine Anglaise.

Aussi, le roi Charles VII lui donne pleins pouvoirs pour faire rentrer en obéissance toutes les places de sa province occupées par les Anglais.

Pierre de Beaufort meurt en 1444. René, duc d'Anjou, veut alors réunir le comté de Beaufort à son duché.

René d'Anjou, né en 1409 de Louis II et de Yolande d'Aragon, hérite de l'Anjou, du Maine et de la Provence en 1434. L'année suivante il reçoit la succession du royaume de Naples. On a réservé à son cadet, Charles du Maine, le comté de Beaufort.

Yolande d'Aragon, qui a dirigé les affaires du royaume et de la maison d'Anjou, meurt en 1442. Charles meurt la même année et, dès lors, René commence à diriger les affaires de Beaufort.

René, qui s'est retrouvé à 26 ans à la tête d'un empire, n'a pas été élevé par Yolande d'Aragon dans la politique. Sa mère l'a plutôt dirigé vers les arts, la littérature et l'esprit de chevalerie.

Il s'y entend d'ailleurs très bien.

Pour les affaires, il doit être assisté. Sa mère, puis sa première femme, Isabelle de Lorraine, ont parfaitement tenu ce rôle.

René épouse Jeanne de Laval

Aussi, quand Isabelle meurt en 1453, l'entourage de René s'empresse de lui rechercher une nouvelle épouse, d'autant qu'il affiche une certaine tendance à courtiser, ici et là, en laissant, paraît-il, quelques bâtards.

N'a-t-il pas écrit dans " Le coeur d'amour épris ":

Je suis René d'Anjou, qui se veut acquiter

Comme coquin d'Amours, servant de caymander

Et cuidant mainte belle a moi acoquiner

Et ma caymanderie coquinant esprouver

De maintes quont voulu mon cueur racoquiner.

On lui présente le portrait d'une jeune femme de 20 ans. C'est Jeanne, née le 10 novembre 1433, fille du comte Guy de Laval et de Isabelle de Bretagne. Peut-être, sans le dire, on espère ainsi favoriser le rapprochement de la Bretagne à la France.

Le contrat de mariage est établi le 1er septembre 1454. Jeanne arrive à Angers le 9 et le mariage est célébré le 10, en l'abbaye Saint-Nicolas d'Angers.

Le jeudi 12, Jeanne fait son entrée d'apparat à Angers.

Pour l'historien de l'Anjou, Jean-François Bodin, Jeanne de Laval avait été remarquée par René d'Anjou, dés 1446. La jeune et belle demoiselle assistait au tournoi dit " du Pas de la Joyeuse Garde ", organisé dans une plaine près de Saumur.

Plusieurs chevaliers de sa famille participaient.

Après les joutes, les deux principaux prix furent présentés aux vainqueurs par Jeanne de Laval, cette jeune beauté qui avait conduit tous les tenans - des chevaliers qui s'offraient au combat face à tout assaillant - et qui était l'objet secret de cette fête.

Cette petite histoire est jolie, mais bien peu vraisemblable.

Jeanne n'avait que treize ans, lors de ce tournoi.

L'historien Jean Favier, dans " Le roi

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen