text.skipToContent text.skipToNavigation
background-image

Le conflit en Irak et en Syrie, expliqué aux lycéens von Stener, Christophe (eBook)

  • Erscheinungsdatum: 14.04.2016
  • Verlag: Books on Demand
eBook (ePUB)
6,99 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

Le conflit en Irak et en Syrie, expliqué aux lycéens

L'ambition de cet ouvrage est de présenter aux lycéens l'ensemble des dimensions du conflit irako-syrien pour leur permettre d'en comprendre les origines, les enjeux et les perspectives. Cet ouvrage collectif donne, dans un langage simple, aux lycéens une compréhension de l'histoire longue, des enjeux économiques, démographiques, religieux et géostratégiques, et des circonstances de l'établissement d'un Etat islamique, qui font de ce conflit le plus dramatique depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Le rôle d'internet dans la propagande et le recrutement djihadiste y est analysé. L'engagement militaire de la France, les actions intérieures de lutte et de prévention contre le terrorisme sont présentés de manière détaillée.

Christophe Stener poursuit, avec Clovis, la saga Djihad 4.0 sur les enquêtes du lieutenant Malik Benamar de la DGSI : Exposée, Double feu, 14 Juillet. A lire également Le conflit en Irak et en Syrie, expliqué aux lycéens, ouvrage collectif qu'il a dirigé, également aux éditions BOD.

Produktinformationen

    Format: ePUB
    Kopierschutz: watermark
    Seitenzahl: 320
    Erscheinungsdatum: 14.04.2016
    Sprache: Französisch
    ISBN: 9782322022410
    Verlag: Books on Demand
    Größe: 1356kBytes
Weiterlesen weniger lesen

Le conflit en Irak et en Syrie, expliqué aux lycéens

1 - Le Moyen-Orient de la première guerre mondiale aux révolutions arabes (1914-2011)

Dépeçage de l'empire ottoman

Considéré comme le carrefour des civilisations, le Moyen-Orient a vu se développer sur ce territoire qui s'étend de la mer Noire à l'océan Indien, de l'Égypte à l'Iran, de la Turquie au sud de la péninsule arabique, les premières organisations politiques, avec les grandes cités de Mésopotamie, les trois grands monothéismes, le judaïsme, le christianisme et l'islam. Ce territoire réunissait majoritairement des populations turques et arabes ainsi que des minorités juives et chrétiennes. Seul l'Iran, que l'on appelait alors la Perse, et le sud de la péninsule arabique échappaient à la domination de cet empire que l'on appelait " ottoman ".

À partir du XIXe siècle, les grandes puissances européennes ont exercé sur cet empire une pression permanente, économique, politique et militaire en jouant sur les rivalités intérieures qui opposaient des populations très diverses, d'un point de vue ethnique comme religieux. Toute l'histoire de cette région de la fin du XVIIe siècle jusqu'à la première guerre mondiale est marquée par des reculs successifs de cet empire ottoman qui perd simultanément des territoires en Afrique du Nord, avec la conquête française de l'Algérie en 1830, et la constitution des Etats dans les Balkans, comme la Serbie, la Hongrie, la Roumanie ou la Bulgarie, entre autres.

L'armée ottomane entre en guerre au côté des puissances centrales, Allemagne et Autriche-Hongrie et se heurte simultanément à une offensive russe dans le Caucase, anglaise en Mésopotamie. Les Arabes, en Syrie et en Palestine, soutenus par les Britanniques profitent de la situation et se révoltent contre les Turcs. Cette insurrection est conduite par Hussein, le chérif de La Mecque conseillé par Laurence d'Arabie, un agent des services britanniques.

Dès les premières années de la guerre, et dans un premier temps pour rallier l'Italie à l'entente composée par l'empire russe, la Grande-Bretagne et la France, l'empire ottoman est déjà dépecé par anticipation, avec des promesses territoriales faites au gouvernement de Rome. Mais ce sont surtout les accords Sykes-Picot de 1916 qui prévoient un partage de l'empire ottoman démantelé en zones d'influence entre la France et l'Angleterre.

À la fois pour des raisons financières, comme l'accès à des prêts des grandes banques américaines, et pour obtenir un soutien dans leur lutte contre les ottomans dans la région, les Britanniques qui ont anticipé le partage d'une partie des provinces arabes de l'empire turc avec les accords Sykes-Picot prévoient de placer la Palestine sous régime international et d'y favoriser la constitution d'un espace de peuplement pour les juifs par la Déclaration Balfour du 2 novembre 1917. Ce texte est souvent présenté de façon tronquée. La phrase qui légitime l'implantation juive en Palestine : "Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un Foyer national pour le peuple juif, et il emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif ", comporte quand même une suite : "étant clairement entendu que rien ne sera fait qui porte atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives de Palestine."

Le cas particulier de l'Iran

Comme tous les autres pays de la région, l'Iran est une mosaïque de peuples et de religions. Il constitue pourtant un cas à part en raison d'une histoire continue plurimillénaire, comme héritier de l'empire perse. Son autre particularité réside dans son peuplement, les Iraniens, tout comme les Turcs, ne sont pas des Arabes, et dans la religion de la majorité de la population, une division de l'Islam qui remonte au septième siècle de notre ère, le chiisme. Enfin, l'Iran n'a jamais été colonisé, même si à la fin du XIXe

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen